La peintre Andrea Schmidt et son espace de rêve

18/09/2019

Cette interview pourrait bien se dérouler dans le mystérieux château de Střekov, à Paris ou à Prague, mais également dans la ville suédoise d'Olofström. Et bien sûr à Marseille, où la peintre Andrea Schmidt crée et vit. ... Il présente son travail avec succès dans diverses régions du monde, mais ils ont quelque chose en commun: Tous les endroits mentionnés ci-dessus sont uniques, ont une atmosphère particulière et une certaine romance.

Vous êtes connues pour votre talent, mais pareillement pour vos connaissances approfondies avec lesquelle vous abordez tel ou tel sujet. Cela semble également être vrai de l'environnement dans lequel vous présentez votre création...

La vérité est que je recherche des environnements qui correspondent à ma personnalité - que ce soit un café, mon atelier ou une exposition. Je veux toujours que les espaces soient plus romantiques et que tout s'emboîte bien - mon travail et moi-même, ainsi que mes conférences. En bref, tout est dans un style cohérent. Je ne suis pas très intéressé par les bureaux. Les ateliers, comme il est à la mode aujourd'hui "workshop", ou les cours du week-end, les stages en Provence se dérouleront toujours dans un environnement agréable. Sinon ce n'est pas possible, c'est l'une des choses qui me tient le plus à cœur.

Parfois, je me souviens des paroles de Jan Werich, qui disait qu " il faut toujours avoir un but, mais on n'a pas toujours à frapper ". Aujourd'hui, il est certain qu'avec le concept de vos cours, conférences et stages, vous avez " frappé " un moyen d'attirer ceux qui s'intéressent à l'art. Qu'est-ce qui les rend originaux ?

Peut-être parce que ces rencontres sont accompagnées d'un rafraîchissement authentique que je prépare moi-même. (en Provence, ce sont des spécialités tchèques traditionnelles, en Bohême provençal). Je veux simplement que ce soit un week-end ou une expérience hebdomadaire où l'on apprend quelque chose sur la base de Jean Amos Comenius Schola ludus, c'est-à-dire école par jeu. Je pense que j'ai besoin de m'exprimer de cette manière et de transmettre quelque chose dans ce style. Probablement comme si je voulais lutter contre le problème de "l'informatique stérile", je parle de communication uniquement via Internet et les téléphones mobiles. Je souhaite que nous ayons un peu de retour à l'humanité - par l'intermédiaire de la beauté. C'est ce que je ressens...

Ivana Hodáková, participante à l'un de vos stages, a déclaré ceci: "Ce fut une expérience formidable! Les stages sont très originaux et ont un style. Quand vous arrivez à Marseille, vous ne recevez ni peinture, ni pinceau, mais Andrea explique dès le début ce qu'est l'art de la peinture, Vous apprendrez ce que vous n'avez jamais connu auparavant en matière de peinture. Andrea, qui peint elle-même à la manière de vieux maîtres, vous entraîne progressivement en action et explique comment telle ou telle œuvre a été créée. C'est une école de jeu où vous avez l'impression de lire huit livres à la fois et vous comprendrez comment les méthodes des maîtres anciens peuvent être projetées dans l'art contemporain. Andrea aime la beauté, ainsi, tout stage dans le sud de la Provence et à Marseille ne consiste pas uniquement dans le dessin, dans la peinture, mais essentiellement sur tout l'art ."

Le thème central de vos peintures est le développement personnel et le cycle "Vivre - Se Reposer -Rêver". On pourrait dire que c'est un rêve comme une caresse pour l'âme ...

Je pense que le nom du cycle est tout à fait approprié - dans le premier plan, Je m'exprime dans un style surréaliste, symbolique, et transmettre les informations que je voulais transmettre. Ensuite, le plan arrière de ne semble plus m'appartenir. Il appartient au spectateur, qui peut se connecter à mon message, lui laissant un espace libre pour rêver librement. Par conséquent, aucun élément supplémentaire n'est nécessaire dans le plan arrière. Cela dérangerait. Ceci est la plupart de mes images, elles ont toujours un espace libre destiné au spectateur.

Au début, j'ai souligné que nous pouvons admirer votre travail dans de nombreuses régions du monde - je suppose que Marseille est probablement la meilleure occasion...

À Marseille, je suis membre du Centre socioculturel du Roy d'Espagne et j'y expose régulièrement - lors d'expositions collectives et individuelles. Le centre est bien connu car il est très bien situé. Situé dans un bel environnement, près des rochers et des pins, à côté de l'église. Les voitures ne vont pas là-bas, c'est juste un environnement charmant.

Quel est le son de la culture tchèque à Marseille?

J'essaie de la promouvoir ici et je suis heureuse de voir que l'ambassadeur Petr Drulák arrive à Marseille et s'intéresse à cette activité. De nombreux Tchèques vivent à Marseille, mais ils ne savent pas grand chose d'eux-mêmes. C'est un plaisir pour moi de coopérer avec l'Association d'amitié franco-tchèque, dirigée par Mme Věra Fichant. J'aide en termes d'art et d'esthétique, ce qui signifie que j'embellis nos stands. Chaque année, à l'occasion de la Journée de l'Europe, je fais cuire du pain d'épice, je fais un petit atelier sur la décoration où les enfants et les adultes peuvent l'essayer. En outre, j'ai créé une série d'images sur le thème des traditions tchèques ...

À quel point le thème de la "tradition" joue-t-il dans votre travail?

C'est vrai que je me penche beaucoup vers les traditions, les métiers traditionnels. Bien que mon travail soit rêveur, c'est quelque chose d'autre, c'est une question d'identité, mais aussi de nostalgie, je ne sais pas ... En tout cas, après 26 ans dans un autre pays, la nostalgie vient. Tôt ou tard, et selon la façon dont tout le monde résoudra le problème, je le traiterai de cette façon. Lorsque le consulat de Marseille m'a donné l'occasion de prendre part à l'exposition internationale Consul' Art, j'ai réalisé un grand tableau intitulé "La danse de rubans". Chaque ruban a sa propre couleur et sa propre symbolique, les rubans représentent le mouvement de la danse lors des festivals de costumes folkloriques, dans une image sont exprimées beaucoup de nos célébrations traditionnelles (fête de la moisson, la Chevauchée des Rois, etc.).

Il est clair que d'innombrables expériences influencent le travail de l'artiste. Dans votre cas, cela inclut certainement des rencontres personnelles extraordinaires ...

L'une des expériences les plus marquantes a été le moment où une Française m'a donné les documents concernant nos traditions. Une dame plus âgée qui a voyagé toute sa vie en République tchèque et qui a été photographiée alors qu'elle était une jeune femme vêtue d'un costume tchèque. Elle a apporté au Consulat des sacs remplis de livres, de catalogues, de calendriers, napperons brodées... C'était très émouvant quand elle m'a donné ses trésors avec ces mots: "Voilà, vous me le rendras. Et même si vous ne le faisiez pas, je sens que vous pouvez le remettre ... "

Ambiance de stages
Ambiance de stages
De conférences sur l'histoire de l'art
De conférences sur l'histoire de l'art
Elle visite l'atelier de Paul Cézanne avec les stagiaires
Elle visite l'atelier de Paul Cézanne avec les stagiaires

Vous êtes un grand optimiste, vous libérez facilement de l'énergie positive. Quelque chose peut-il jamais vous contrarier?

Par exemple, nous n'apprécions pas ce que nous avons chez nous, mais surtout que nous admirons tout ce qui nous entoure. Quand je viens à Prague et que je vois des babouchkas ici, je suis triste. L'art tchèque, la culture, la tradition - ce sont des sujets de conférences que j'aimerais réaliser à Marseille. Nous en avons déjà parlé avec professeure Kateřina Malečková, qui a assisté à ma conférence sur Alfons Mucha et enseigne à des étudiants français à l'Université Aix-Marseille. Pour moi, cela signifie que je passe beaucoup de temps (que j'ai très peu) à préparer, mais j'attends avec impatience.

Merci pour cette rencontre agréable, que je conclurais par une idée sans aucun doute très proche de vous: "Le but de l'art est de rendre une personne heureuse" (Michelangelo Buonarroti).

Andrea Schmidt 

  • Elle vient de Střekov (Ústí nad Labem).
  • Depuis 1996, elle vit en Provence où elle a étudié la civilisation française et l'histoire de l'art à l'Université d'Aix-en-Provence.
  • Expositions: Art Fest 2018, exposé à Consul'Art, participe régulièrement au "Jour de l'Europe".
  • Elle coopère avec l'ambassade de la République tchèque à Paris, le consulat honoraire à Marseille, la Société amis franco-tchèque et d'autres organisations.
  • Elle suit des cours de peinture et d'histoire de l'art, ainsi que des conférences sur l'art tchèque, l'artisanat traditionnel et le folklore.
  • Elle organise des stages en Provence.
  • Plans les plus proches: Exposition de peinture et atelier de pain d'épice à l'ambassade de la République tchèque à Paris à l'occasion des Journées européennes du patrimoine culturel (21 septembre - 22 septembre 2019)


Préparé par Stanislava Bezděčková

Source de la photo: archive Andrea Schmidt